Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MOT DE LA PRESIDENTE...  à réfléchir...

La 22e Assemblée Générale de l'APAC se déroulera ce mois-ci à Metz et vous en connaîtrez le compte-rendu dans votre numéro du mois de juin, comme chaque année.
22 ans donc qu'existe et résiste votre association au gré des diverses perturbations qu'elle a su, comme ont à le vivre bien des associations, dépasser par la seule certitude de sa raison d'être dans le milieu littéraire et pour ses adhérents.
KormannEn amont de ce compte-rendu et, surtout, témoin quotidien du nombre de pouvoirs (et donc absences) nous arrivant - certains de la région lorraine, donc proches de Metz, en particulier - j'éprouve la nécessité d'exposer plus clairement les réflexions que m'inspire ce décalage croissant constaté entre les attentes de nos nombreux adhérents auxquelles nous nous efforçons de répondre en permanence, et une forme de désintérêt à participer concrètement à la dynamique essentielle au maintien du bon fonctionnement de leur association.
L'APAC n'aurait jamais eu une telle longévité si n'avait su la soutenir en permanence un noyau d'adhérents militants conscients de son utilité et de son rôle précieux quant à l'écoute, l'aide et le conseil aux auteurs.
Certains, au fil du temps, nous ont quittés malgré eux, d'autres par choix personnel, parfois, disons-le, songeant, par leur départ, que l'APAC cesserait de vivre... Ce furent toujours, et à chaque mauvaise passe, le militantisme et la foi en ses actions qui ont permis à certains de ses adhérents de faire qu'elle se redresse, voire s'améliore et se perfectionne en continuant d'aller toujours de l'avant.
Il n'est personne qui soit irremplaçable à quelque poste que ce soit, et de cela, depuis 18 ans que j'ai adhéré à cette association à qui je dois tant dans mon parcours personnel d'auteur, j'en ai acquis la conviction par simple expérience. Mais personne, tout autant, n'est immuable et éternel, et assurer au poste qu'il occupe une cohérente continuité se doit d'être considéré en toute lucidité.
Ainsi, que deviendra votre association si, progressivement et très naturellement, les membres actifs rendent vacants leur poste sans que puisse naturellement s'envisager un candidat pour en prendre le relais ?
C'est pour se mettre au service de l'APAC et faire que soient maintenus ses services que nombre de membres actifs actuels se sont proposés et ont accepté certaines responsabilités incontournables. Force est de constater néanmoins que, malgré nos appels réguliers, aucunes forces vives parmi nos adhérents plus jeunes ne semblent se profiler à l'horizon...
Mon souci de Présidente dévouée à votre association depuis 8 ans déjà réside, de plus en plus, dans la préparation de cette continuité qui ne saurait être assurée si personne, parmi nos 250 adhérents, n'affirme suffisamment sa conviction que l'APAC ne peut mourir et qu'il faut plus que tout se préoccuper de son avenir pour se lancer dans l'aventure qui, je le confirme, est en soi passionnante et riche de rencontres humaines. Car il ne faut pas occulter l'usure et l'importance de céder les rênes à un moment donné à d'autres énergies qui ne pourront que mener le navire vers de nouveaux horizons, fortes de leurs personnalités et idées novatrices.
À moins que l'on ne me démette de ma fonction de Présidente lors de notre Assemblée Générale à venir, je conserverai pour 2014 ma responsabilité de Présidente, personne à ce jour n'ayant émis le souhait de me succéder en entrant au Conseil d'administration, et parce que mon sens des responsabilités reste tourné dans le seul intérêt que je porte à cette association.
Je ne remercierai jamais assez Évelyne MEDUCIN d'avoir repris en 2013 le secrétariat suite au départ de ce poste de Claire ANTOINE... tout comme je remercie Jacques WILLOT de sauver le poste, ô combien important pour l'APAC, tenu de main de maître par Bernard APPEL depuis 8 ans, mais mis en vacance à l'occasion de cette assemblée générale 2014... ainsi que Paul BLANQUE assurant ne pas lâcher la conception et la rédaction de votre revue tant appréciée tant qu'un relais à cette tâche ne saura être assuré, et il en est de même pour la responsabilité du Comité de lecture que tient Chantal KORMANN, du service d'information sur les salons rendu par Jonathan BENARROCH, de la Trésorerie adjointe conservée par Franco D'ORAZIO... A tous, nous devons cette continuité dans l'intérêt unique de nos adhérents et tous peuvent être gratifiés du temps donné toutes ces années à l'APAC...Je n'oublierai ni Nicole BARDIN-LAPORTE, Nicole METIVIER et Pierre VINCENT dont l'antenne nancéienne anime des rencontres littéraires, et, bien évidemment, tous nos lecteurs et synthétiseurs sans qui notre Comité de lecture n'aurait assuré toutes ses années la qualité du travail bénévole qui lui est reconnu... Un jour viendra l'usure tout à fait légitime, et après - je poserai la question en cette assemblée générale 2014 où peu d'entre vous seront présents - qu'adviendra-t-il de l'association "Plumes à Connaître" si personne ne décide de se mettre sur les starting-blocks afin de lui préparer et lui assurer, en amont, un accompagnement et simplement un avenir ?
C'est parce qu'attendre votre numéro de juin me semblait trop lointain pour aborder ce sujet crucial et vous le proposer à la réflexion, que je tenais à vous poser cette question vitale à méditer... en attendant, soyez-en sûrs, les divers témoignages de vos réelles attentes, le fruit de votre réflexion personnelle et, pourquoi pas, les idées constructives qui sauraient m'apaiser quant à mes préoccupations relatives à la survie de l'APAC seront les bienvenus. Je compte sur vous pour réfléchir à la pérennité de votre association !

Geneviève KORMANN
Présidente de l'APAC

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :